FIN

Au final, c’est quoi le voyage ?

Fuite de l’ordinaire pour chercher l’extraordinaire. Aventure nomade pour esprits sédentaires. Chocs culturelles pour perdre nos repères. Rencontres éphémères pour souvenir éternel. On cherche sa place mais on ne la trouve jamais. On avance sans savoir où aller. Alors le voyage, c’est se perdre … pour au final se retrouver.

C’est ma vision des choses et vous en aurez surement une autre. Chacun y trouve son compte et c’est ça qui est formidable. Le voyage est ouvert à tous, voyager loin comme à côté de chez soi. Rêver d’un voyage, c’est déjà voyager. On voyage comme on le peut et comme on le veut. « Open your mind » comme ils disent dans la pub Nescafé !

Alors non ce n’est pas la fin, ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement. En effet, ce premier long voyage en appel d’autres car c’est une expérience extraordinaire. On se surprend à être complètement libre et à voir toutes possibilités s’ouvrir à nous.

Ca a été un grand moment de quitter la France mais c’est aussi un grand moment pour moi de partir de ce pays si étranger au commencement et si familier maintenant. 4 mois passés dans ce pays à l’autre bout du monde coincé entre la Chine et L’inde. C’était pour moi le pays du mystère, de l’aventure, le pays de la solitude et de la spiritualité.

Je partais avec l’idée d’une aventure solitaire et cela c’est confirmé pendant ce voyage. Préférant tracer ma route plutôt que suivre celle des autres, préférant la liberté totale à des compromis touristiques. Je voulais que ce voyage m’appartienne pleinement, à chaque instant. Je suis maintenant satisfait de mon aventure car j’ai le sentiment d’avoir suivi mon instinct tout le long de ma route.

Hymne à la solitude et au dépaysement, le Népal offre des paysages à couper le souffle et des rencontres qui réchauffent le cœur. Au final, je n’ai été seul que peu de fois au sens propre du terme mais les différences culturelles donnent ce sentiment d’isolement. Il n’y a pas à pleurer ici bien au contraire, j’ai cherché cette solitude et cette solitude m’a trouvé. Rêve d’un gosse qui lisait des livres d’aventures, c’était le moyen d’écrire la mienne. Seul face à ce village perdu et désemparé face à la langue. Seul face à l’Everest et pleurant de joie devant le spectacle. Seul sur une table de restaurant où je ne partage pas les idées des autres touristes. Seul perdu dans le brouillard Himalayen avec l’angoisse qui monte au ventre. Il n’existe pas qu’une solitude et chacune à beaucoup de chose à nous apprendre. On se test pour se connaître et c’est souvent avec autour de beaucoup de monde que je me suis senti le plus seul.

Cette solitude m’a énormément apporté. Au niveau créatif et artistique par exemple, sans prétention bien sûr mais je prenais de plus en plus plaisir à écrire, à prendre des photos et même à dessiner. Je ne pense pas pouvoir développer ce côté de ma personnalité sans ces épreuves.

Je suis parti sans objectif et ça a été la meilleure façon d’appréhender le voyage. On ne fixe pas notre attention sur quelques choses en particulier et on reçoit tout ce que le pays à nous offrir. Et le Népal regorge de trésor dans les replis de l’Himal. Ces places qui vous semblent encore si lointaine me sont si familières. Le voyage, c’est faire rêver les autres et vivre son rêve à soi. Mais chacun son voyage, les photos ne reflète que l’aspect du pays que j’ai bien voulu vous montrez. Personne n’aura la même vision du Népal. Chacun construit sa propre expérience.

Je ne peux résumer 4 mois d’aventure en quelques mots. Il m’a fallu des dizaines et des dizaines d’article sur ce blog pour vous donnez qu’un aperçu de mon expérience. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas, il faut simplement les vivre. Et vous aurez beau me poser toutes les questions du monde, ça ne servira pas à grand-chose (là, j’anticipe habillement le flot de question de ma famille … attention sister !)

Je prends maintenant l’avion dans quelques heures. Mon retour en France est une nouvelle aventure. Mon pays et pourtant si étranger maintenant. Je trace ma route comme toujours. Je l’ai faite au Népal et je la continue en France, pas de fin, juste de la continuité.

C’est avec une certaine nostalgie que j’écris ces dernières lignes sur mon blog. Ce blog qui me permettait de me libérer, de partager, de tester ma plume. Je le garde précieusement et quel meilleur moyen d’avoir du recul sur cette expérience en se relisant (et en corrigeant les nombreuses fautes d’orthographes aussi).

Je tourne ici la dernière page de mon aventure et ferme définitivement ce livre qui m’aura suivi pendant mon périple et remerciant toutes les personnes qui m’auront soutenue et celle que j’ai croisé sur ma route.

Alors que mettre en quatrième de couverture ?

Peut être tout simplement : Merci Népal !

Publicités

2 réponses à “FIN

  1. Encore bravo Vivien ! C’est extraordinaire ce que tu as fait. On a hâte de te revoir ici.
    Amicalement,
    Ju

  2. Quele belle aventure tu as vécu…
    Bonnce chance pour la suivante!
    Béa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s