Archives de Catégorie: Aventure

Jour 3 : Landmannalaugar

Carte

Carte

Le 27/06/2012, Reykjavik, 8h00

Le bus démarre à l’instant. Le moteur et le trek commence. J’ai pris des renseignements toute la journée d’hier à l’office du tourisme très sympathique et finalisé les derniers achats (gaz, protection pluie car on m’a dit qu’il pouvait pleuvoir en Islande … si, si !). Je suis prêt maintenant pour vivre 6 jours en total autonomie. C’est une sensation agréable de sentir que nous n’avons absolument tout le nécessaire sur le dos pour quelques jours. Une nouvelle dimension dans l’aventure.

IMG_1629 - 27062012

Le bus vers Landmannalaugar

Le 27/06/2012, Hrafntinnusker, 22h19

Il y a quelques règles de base pour la prononciation Islandaise. De la patience et s’exercer longtemps avant de pouvoir dire un nom. Hrafntinnusker est un exemple concret que je m’exerçais à dire pendant la marche mais reprenons au début.

Cette île à quelque chose de hors norme. Elle ne devrait pas exister ! Le bus arrive à Landmmanalaugar (il y aura très rarement des noms simple à prononcer. Une petite info : le « au » se prononce « oeil ». Et oui c’est comme ça). C’est le début du si fameux trek de la Laugavegurinn (vallée des sources chaudes). Si si je vous jure il est connu !

Landmannalaugar, le début du trek

Landmannalaugar, le début du trek

Bref, je vous passe l’épisode de la grêle et des paysage à couper le souffle pour enfin arriver à destination avec le bus. Je prépare mon sac prêt à attaquer le fameux sentier et 2 minutes plus tard, la pluie tombe à seau. C’est l’Islande, c’est normal. Un proverbe dit ici : « Si tu n’aimes pas la météo, attend 5 minutes, ça sera pire … ».

Landmannalaugar

Landmannalaugar

Je n’écoute pas le proverbe et je fais demi-tour sous les sourires de certains touristes. Je n’aime pas la pluie même si je suis équipé pour. J’attend donc dans le camping que la pluie cesse et ma patience sera récompensé. Je pars sur la route et le paysage est à couper le souffle dès le départ. Je n’ai jamais vu ça.

IMG_1650 - 27062012

Fumerolle

Les autres touristes sont bluffé par la beauté et l’originalité de l’environnement Islandais. Pas de mot pour décrire l’ambiance. Pas de chemin réellement tracé non plus et c’est de repère en repère que j’avance sur des champs de lave, des névés, des ruisseaux en ébullition, de champs d’obsidienne, d’herbe généreuse, de fumerolle de souffre.

Champ d'Obsidienne

Champ d’Obsidienne

Le plaisir de marcher seul en autonomie est là aussi. Une liberté totale. La législation nous recommande d’utiliser les emplacements de camping car le camping sauvage n’est que toléré, la nature est précieuse et je dors à la première étape, Hrafntinnusker.

Campsite à Hrafntinnusker

Campsite à Hrafntinnusker

Quel bonheur quand le soir arrive et que je peux m’allonger dans ma tente l’esprit tranquille. La vue du chemin de demain me donne envie de reprendre la route mais doucement ! Repos d’abord bercer par les quelques accords de guitare qui s’échappe d’une des rares tentes voisines. Une expérience hors-norme.

IMG_1741 - 27062012

Bonne nuit !

Publicités

Jour 2 : Déambulation

Le 26/06/2012, Reykjavik, 9h43

Carte

Carte

Un peu de stress pour la première installation de ma tente à 4 heure de mat. Vais-je bien dormir ?

Alors après une courte nuit pas très reposante, j’en tire la conclusion suivante : C’est le bordel !!! Il faut que je m’organise.

Au réveil, Reykjavik

Au réveil, Reykjavik

Je me fixe l’objectif de commencer l’aventure demain. Il faut que je fasse les derniers achats pour être au complet.

Le 26/06/2012, Reykjavik, 12h22

La ville est magnifique. C’est très calme et très propre. Je retrouve une ambiance que je connais déjà : la Suède. L’architecture et la politesse des gens y sont semblable et le temps est très clément (pour le moment en tout cas).

J’en profite pour prendre quelques clichés comme toujours.

IMG_1549 - 26062012

Promenade sur la Vik

Hallgrimskirkja

Hallgrimskirkja (Kirkja = église)

Déambulation

Déambulation

Reykjavik Street

Reykjavik Street

Architecture

Architecture

Bateau Viking

Bateau Viking

PS : Suite à de nombreuses plaintes (2 en réalité), j’ai décidé de reprendre mon récit sur l’Islande. Je n’aime pas laisser les choses en plan mais vous conviendrez que ça prend du temps … et maintenant j’en ai !

Jour 1 : La baie des fumées

Le 25/06/2012, Orly, 21h12

15.0

C’est ce qu’a affiché la machine, vous savez celle qui fait stresser quand vous prenez l’avion et que votre sac paraît dépasser la limite autorisée. J’ai bien pensé à accrocher des ballons gonflés à hélium le long des sangles mais le gain serait minime et l’encombrement maximum. Je ne vous parle pas de ma crédibilité.

C’est donc 2 mois de travail, certes non intensif mais qui aboutissent aujourd’hui avec 15.0 kg. Je parle du poid de mon sac.

Toujours un casse tête que de faire son sac le plus léger possible mais en emportant suffisamment de confort pour ne pas souffrir. Trop de confort, c’est la souffrance du dos. Trop d’inconfort, c’est la souffrance de l’âme (oui je sais, je commence fort et c’est toujours aussi pompeux).

En tout cas et c’est le principal, mon sac est prêt. J’ai même trouvé la solution pour protéger mon sac de la pluie. Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?

Sac version pluie

Le seul hic c’est que je dois le porter à bras-le-corps et ce n’est pas très pratique. Je vais réfléchir à tout ça.

Je pars d’un pas léger et serein, je suis calme et serein. Je me pose juste une question : « Où sont les jeunes ? La moyenne d’age de mon avion tourne autour des 60 ans ».

Le soleil se lève en vol

Le 26/06/2012, Reykjavik, 3h09

Il n’y a rien ! L’aéroport est perdu dans un immense champ de lave ! C’est incroyable. La route est pareil entre l’aéroport internationale et le centre-ville. Nous avançons sur une route bitumé longue de 50 km avec la sensation d’être sur une terre hostile où la vie n’est que trop rude. Heureusement, les premières maisons apparaissent et nous approchons du coeur de la vie Islandaise, Reykjavik (la baie des fumée).

Reykjavik

Je termine la route seul à pied avec pour seul maison mon sac sur le dos. Je traverse la ville à la recherche du camping que je trouverais au bout d’une bonne heure de marche mais ce n’est pas un problème.

Tjaldsvæði

Il est 2 heures du mat et pourtant il fait jour. C’est perturbant, plaisant, étonnant, incroyable, je rigole, perdu, admirant la douce lumière de minuit qui va m’accompagner pour les prochaines semaines de ma vie.

Reykjavik, Downtown

Jour J : Island Iceland

Le 25 Juillet 2012, Villemomble (c’est chez moi … oui dans le 93)

Il ne me reste que quelques précieuses minutes avant de repartir vers d’autres horizons.

La boule dans le ventre est toujours là avant de partir mais je sais qu’elle va très vite disparaître. Je suis enfin prêt dans mon sac et dans ma tête à vivre une nouvelle aventure que je sais formidable.

Direction le nord cette fois avec l’un des plus beau terrain de jeu pour des apprentis aventuriers comme moi. L’île du froid et de la glace, l’île de feu et des volcans mais aussi l’île de Björk et du poisson. C’est en Islande que je projette de passer les 5 prochaines semaines.

Localisation Islande

Au programme, pas de programme. On prend ce qu’y vient et on suit notre instinct, comme toujours.

Vous aurez le récit de mes aventures à mon retour car inutile de vous dire que je ne serais pas joignable les prochaines semaines.

Bon vent à vous et ma première mission est d’atteindre Orly-Sud sans encombre. Attention RER B … j’arrive !

Sherpa Vivien

2011 in review

Je profite de ce rapport WordPress pour souhaiter une excellente année 2012 à toutes les personnes qui m’ont soutenue en 2011. Merci d’avoir été là et nombreux à me soutenir dans mon aventure Népalaise et je ne peux que vous souhaitez une année 2012 aussi riche que 2011 à été pour moi.

Un métro New Yorkais contient 1 200 personnes. Mon blog a été visité environ 7 600 fois en 2011. Si c’était un métro New Yorkais, il faudrait à peu près 6 voyages pour transporter autant de personnes.

Merci à vous tous, ce projet personnel n’était pas réalisable sans votre soutien. Et j’espère voir votre blog de voyage sur WordPress pour 2012 si cela n’est pas déjà fait.

Bonne et excellente année 2012 à tous.

Vivien

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

FIN

Au final, c’est quoi le voyage ?

Fuite de l’ordinaire pour chercher l’extraordinaire. Aventure nomade pour esprits sédentaires. Chocs culturelles pour perdre nos repères. Rencontres éphémères pour souvenir éternel. On cherche sa place mais on ne la trouve jamais. On avance sans savoir où aller. Alors le voyage, c’est se perdre … pour au final se retrouver.

C’est ma vision des choses et vous en aurez surement une autre. Chacun y trouve son compte et c’est ça qui est formidable. Le voyage est ouvert à tous, voyager loin comme à côté de chez soi. Rêver d’un voyage, c’est déjà voyager. On voyage comme on le peut et comme on le veut. « Open your mind » comme ils disent dans la pub Nescafé !

Alors non ce n’est pas la fin, ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement. En effet, ce premier long voyage en appel d’autres car c’est une expérience extraordinaire. On se surprend à être complètement libre et à voir toutes possibilités s’ouvrir à nous.

Ca a été un grand moment de quitter la France mais c’est aussi un grand moment pour moi de partir de ce pays si étranger au commencement et si familier maintenant. 4 mois passés dans ce pays à l’autre bout du monde coincé entre la Chine et L’inde. C’était pour moi le pays du mystère, de l’aventure, le pays de la solitude et de la spiritualité.

Je partais avec l’idée d’une aventure solitaire et cela c’est confirmé pendant ce voyage. Préférant tracer ma route plutôt que suivre celle des autres, préférant la liberté totale à des compromis touristiques. Je voulais que ce voyage m’appartienne pleinement, à chaque instant. Je suis maintenant satisfait de mon aventure car j’ai le sentiment d’avoir suivi mon instinct tout le long de ma route.

Hymne à la solitude et au dépaysement, le Népal offre des paysages à couper le souffle et des rencontres qui réchauffent le cœur. Au final, je n’ai été seul que peu de fois au sens propre du terme mais les différences culturelles donnent ce sentiment d’isolement. Il n’y a pas à pleurer ici bien au contraire, j’ai cherché cette solitude et cette solitude m’a trouvé. Rêve d’un gosse qui lisait des livres d’aventures, c’était le moyen d’écrire la mienne. Seul face à ce village perdu et désemparé face à la langue. Seul face à l’Everest et pleurant de joie devant le spectacle. Seul sur une table de restaurant où je ne partage pas les idées des autres touristes. Seul perdu dans le brouillard Himalayen avec l’angoisse qui monte au ventre. Il n’existe pas qu’une solitude et chacune à beaucoup de chose à nous apprendre. On se test pour se connaître et c’est souvent avec autour de beaucoup de monde que je me suis senti le plus seul.

Cette solitude m’a énormément apporté. Au niveau créatif et artistique par exemple, sans prétention bien sûr mais je prenais de plus en plus plaisir à écrire, à prendre des photos et même à dessiner. Je ne pense pas pouvoir développer ce côté de ma personnalité sans ces épreuves.

Je suis parti sans objectif et ça a été la meilleure façon d’appréhender le voyage. On ne fixe pas notre attention sur quelques choses en particulier et on reçoit tout ce que le pays à nous offrir. Et le Népal regorge de trésor dans les replis de l’Himal. Ces places qui vous semblent encore si lointaine me sont si familières. Le voyage, c’est faire rêver les autres et vivre son rêve à soi. Mais chacun son voyage, les photos ne reflète que l’aspect du pays que j’ai bien voulu vous montrez. Personne n’aura la même vision du Népal. Chacun construit sa propre expérience.

Je ne peux résumer 4 mois d’aventure en quelques mots. Il m’a fallu des dizaines et des dizaines d’article sur ce blog pour vous donnez qu’un aperçu de mon expérience. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas, il faut simplement les vivre. Et vous aurez beau me poser toutes les questions du monde, ça ne servira pas à grand-chose (là, j’anticipe habillement le flot de question de ma famille … attention sister !)

Je prends maintenant l’avion dans quelques heures. Mon retour en France est une nouvelle aventure. Mon pays et pourtant si étranger maintenant. Je trace ma route comme toujours. Je l’ai faite au Népal et je la continue en France, pas de fin, juste de la continuité.

C’est avec une certaine nostalgie que j’écris ces dernières lignes sur mon blog. Ce blog qui me permettait de me libérer, de partager, de tester ma plume. Je le garde précieusement et quel meilleur moyen d’avoir du recul sur cette expérience en se relisant (et en corrigeant les nombreuses fautes d’orthographes aussi).

Je tourne ici la dernière page de mon aventure et ferme définitivement ce livre qui m’aura suivi pendant mon périple et remerciant toutes les personnes qui m’auront soutenue et celle que j’ai croisé sur ma route.

Alors que mettre en quatrième de couverture ?

Peut être tout simplement : Merci Népal !

J112 -> 116 : The Ghetto

Kritipur, quartier de Katmandou que je renomme ici le Ghetto. Rien de dangereux non, c’est juste que l’entrée de ce quartier me fait sérieusement penser à une célèbre photo des favelas de Rio d’un artiste que j’admire tout particulièrement : JR

Favelas de Rio

Kritipur, Katmandou

Bon ok mais moi j’y crois !

Donc me voilà à visiter ce quartier absolument pas touristique de Katmandou avec des amis Newari. Ils veulent absolument me faire voir leur culture et Kritipur est la place Newar par excellence à Katmandou.

C’est toujours plaisant de sortir des sentiers touristiques avec 4 guides qui me montre les petites merveilles de ce quartier. Enfin je retrouve un intérêt à Katmandou, cette ville qui m’a épuisé, j’y trouve ici du calme. Les moines portent la robe Jaune de la culture Newar.

Moines Newar

La vue sur Katmandou est juste époustouflante.

Vue depuis Kritipur

Même les singes sont admiratifs.

Sur les toits de Kritipur

Les enfants un peu moins mais toujours blagueurs.

Cheeeese

Et la fin de la journée nous est gratifié par un splendide arc-en-ciel survolant Katmandou.

Arc en ciel

Bref un très bon moment en bonne compagnie mais la nuit tombe et chacun regagne son foyer très vite. Je retourne à ma vie monastique forcée

Trouvez-moi ! ... Non je déconne, je suis derrière l'objectif

et j’en profite pour calmer mon esprit avant mon retour. Simplement apprécier cette place que se llama Boddhanath.

Boddhanath

Japa Mala

Je vous rassure, j'en suis pas encore à ce stade